Pourquoi s’interroger sur le nouveau compteur électrique Linky ?

Linky et notre santé

  • Le système Linky utilise du CPL (Courant Porteur en Ligne), qui consiste à transporter un signal de données sur les fils électriques classiques qui sont originellement conçus pour transporter de l’électricité exclusivement.
  • Ces câbles électriques classiques ont été conçus pour le 50 hertz du courant électrique. Dans le cas du compteur Linky, les données seraient transmises à 75 000 hertz.
  • Les câbles électriques existants dans toutes nos habitations et dans l’ensemble du réseau de la commune ne seraient pas adaptés pour supporter de telles fréquences, car ils ne sont pas blindés à cet effet. La plus grande partie de l’énergie injectée serait rayonnée, et les radiofréquences seraient mesurables jusqu’à 2,50 mètres.
  • Le propre constructeur de Linky, William Hosono, directeur Europe de la société Itron, a reconnu que le CPL ne s’arrête pas au compteur et se diffuse dans tout le logement, lors du débat « éco » de Sud-Ouest, le mercredi 2 mars 2016 àla CitéMondiale de Bordeaux.
  • En outre, le fonctionnement du Linky nécessite l’implantation d’environ 700 000 antennes-relais supplémentaires, sur les postes de transformation d’EDF, qui elles-mêmes émettront les données récoltées à hauteur d’homme.
  • Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le 31 mai 2011 les ondes des radiofréquences dans la catégorie « cancérogène possible ». Le CIRC dépend de l’OMS.
  • Les assurances refusent de couvrir ce type de dispositifs pour les dommages sanitaires et matériels.
  • Le risque lié aux ondes est cumulatif : ces rayonnements viennent s’ajouter à un environnement déjà saturé d’ondes dont les effets à long terme sont inconnus.
  • Un risque d’incendie non négligeable a été constaté.
  • Aujourd’hui 328 communes ont refusé l’installation des compteurs Linky dont Aix en Provence, Caen, Douarnenez, Quimperlé et Lyon premier arrondissement.

Linky et notre consommation

  • Le déploiement a été chiffré de 5 à 7 milliards d’euros, une répercussion sur les factures peut être à craindre.  La durée de vie du matériel n’est que de 10 à 15 ans.
  • Une meilleure maîtrise de votre consommation grâce au suivi sur Internet : cela est déjà possible aujourd’hui sur Internet en faisant des auto-relevés.
  • Le modèle Linky de base ne possède même pas le module permettant le suivi en temps réel de la consommation. Il sera nécessaire de l’acheter en complément.
  • Philippe Monloubou, président d’Enedis, a indiqué « Notre métier évolue et nous sommes désormais un opérateur de big data qui va bientôt gérer 35 millions de capteurs connectés », reconnaissant qu’Enedis voit son avenir, non pas dans l’électricité, mais dans une massive collecte et distribution de données.
  • Les protocoles de mesure de puissances de Linky diffèrent de ceux des compteurs classiques. Cela pourra avoir pour effet d’obliger le consommateur à passer à un abonnement de puissance supérieure, donc plus cher, pour une même consommation.

Un coup d’œil dans les autres pays

  • L’Allemagne a rejeté le déploiement du Linky pour les compteurs de 3 kVa, sur la base d’un rapport du cabinet Ernst & Young qui a conclu que ce compteur ne sert pas l’intérêt des petits consommateurs.
  • Au Québec et en Espagne, depuis l’installation des compteurs communicants, toutes les factures auraient augmenté.
  • Un an après le début de leur installation, une région canadienne, le Saskatchewan, a ordonné en 2014 le retrait obligatoire de 105.000 compteurs intelligents après le déclenchement de 8 incendies en deux mois, le gouvernement estimant : « Les inquiétudes sont suffisamment importantes, et nous croyons que si la sécurité des familles saskatchewanaises est en danger, nous devons agir. »
  • Début février, la Commission des services publics de Californie a autorisé les clients à refuser l’installation dans leur résidence des compteurs intelligents. Ces clients pourront soit conserver leur ancien compteur analogique, soit accepter l’installation d’un compteur électronique multifonctions dont on aura désactivé l’émetteur qui permet de transférer les données.
  • Un rapport scientifique commandé par le Comté de Santa Cruz en Californie, en décembre 2011, relève , entre autres effets biologiques reconnus des radiofréquences, « une perméabilité accrue de la barrière hémato-encéphalique du cerveau (Eberhardt, 2008), des effets négatifs sur la qualité du sperme, des lésions de la double échelle de l’ADN qui peuvent déclencher un cancer (Phillips, 2011), l’activation du gène de stress comme s’il réagissait à une toxine (Blank, 2011), ainsi qu’une altération du métabolisme du glucose dans le cerveau (Volkow, 2011) ».

Partant de ces quelques informations que nous avons pu rassembler, dont certaines restent évidemment à vérifier, l’application du Linky semble soulever suffisamment d’incertitudes et d’inquiétudes pour que sa mise en place soit questionnée et que l’application du principe de précaution soit envisagée. Nous serions ravis que soient invalidées ces affirmations, et sommes ouverts à recevoir vos points de vue et remises en questions de celles-ci.

 

Pour plus d’informations

http://www.informaction.info/sites/default/files/pdf/flyer-linky-a4.pdf

https://stoplinkynonmerci.org/IMG/pdf/057-scl-cpl_linky_pollutionhabitation.pdf

http://www.alternativesante.fr/ondes-electromagnetiques/pourquoi-il-faut-refuser-linky-le-nouveau-compteur-d-edf

http://www.robindestoits.org/VRAI-FAUX-sur-les-compteurs-%C2%A0intelligents%C2%A0-telereleve_a2187.html

http://www.robindestoits.org/Paris-rejette-le-compteur-electrique-communicant-Linky_a2432.html

https://collectifchartresdebretagne.wordpress.com/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *